Les différents ethnonymes

Publié le par Sophie Tournon

La question de l'ethnonyme

 

- Meskhètes : Nom dérivé de Meskh, probablement issu du nom de la région Meskhétie. Il s'agirait alors des habitants de Meskhétie (ou Samtskhé).

- Meskhs : nom de la tribu géorgienne dont la présence est avérée depuis l'Antiquité sur les bords de la Mer noire. Cet ethnonyme est à l'origine du nom de la région : Meskhétie (Meskh-eti), Samtskhé (sa-meskh). Cette expression est privilégiée par un courant ethno-nationaliste géorgien. Selon ce courant, les déportés sont majoritairement, sinon exclusivement des Géorgiens de souche.

- Yerli : Terme turcophone signifiant "ceux d'ici". Terme des plus neutres, il est pourtant l'objet de spéculations les plus contradictoires.

- Turcs Meskhètes : Expression moderne, issue probablement de la déportation de 1944. Cet ethnonyme assigné par l'administration soviétique permettait de ne pas faire la distinction entre les musulmans déportés de Géorgie, qui incluaient des Géorgiens, des Arméniens (appelés Khemchiles), des Kurdes, des Tarakamas, des Karapapalks, des Azéris, des Turcs, des Iraniens et des Lazes. Cette expression s'imposera par la suite. Toutefois, certains soulignent son ambiguité : Turc désignant une population turcique, et Meskhète faisant référence aux anciennes tribus géorgiennes. Oxymore ou construction utile?

- Turcs soviétiques : expression rencontrées dans les textes soviétiques relatifs aux musulmans déportés de Géorgie. Elle avait pour but d'imposer une vision ethnique de ces déportés, en faisant d'eux exclusivement des Turcs, et donc de les faire disparaître des recensements en les "fusionnant" avec les populations turciques des pays d'accueil d'Asie Centrale.

- Ahiska turkleri (Turcs d'Ahiska) : expression récente. Ahiska est le nom turc de la ville géorgienne d'Akhaltsikhé, capitale de la Meskhétie et donc des Meskhètes. Cette expression est privilégiée par un courant ethno-nationaliste turc ou turcophile. Selon ce courant, les déportés sont majoritairement, sinon exclusivement des Turcs de Géorgie.

- Des expressions plus neutres du point de vue politique et ethnographique existent, mais ne sont guère utilisée : "peuple déporté de Géorgie en 1944", "musulmans déportés de Meskhétie", etc. Ces périphrases, outre leur lourdeur, éludent toute référence ethnique alors que le fondement de la question de la déportation et du rapatriement est trop souvent l'identification ethnique de ces déportés. Ceci aux dépends de tout traitement juridique et humanitaire.

Publié dans meskhetians

Commenter cet article